Science



Etudes médicales

"L'augmentation induite de 0,4°C de la température cutanée a été suffisante pour presque doubler la proportion de sommeil profond et à diminuer la probabilité de se réveiller trop tôt"


"Différents types d'insomnie ont été associés à des anomalies du rythme de la température corporelle"


"Il est montré que ce sont les changements de la température cutanée, plutôt que la température centrale, qui affectent causalement la propension à s'endormir"